Etre ou ne pas être… physionomiste

Physionomiste

Ca m’a pris hier matin telle une envie de pisser lorsqu’une fois de plus, je me demandais qui était l’humaine devant moi et d’où je la connaissais. Je me suis dit  « il faut que je fasse des recherches une bonne fois pour toutes afin de comprendre l’origine de mon problème et essayer d’y remédier ».

Ni une, ni deux, me voilà en train d’interroger mon ami Ecosia (le pote écologique de Gogole) et je m’aperçois rapidement qu’il n’y a quasiment pas d’article scientifique  sur ce sujet passionnant.                                                                                                                                  On trouve quelques témoignages plus ou moins hilarants, des définitions, et des tests… Oui, oui, des vrais tests delamortquitue qui vont vous diagnostiquer « physionomiste » ou « non physionomiste ». Tout le monde sait qu’internet est outil incroyablement performant en ce qui concerne les diagnostics, qu’ils soient médicaux, psychologiques, professionnels… D’ailleurs, mon dernier test sur internet m’a permis de savoir que mon QI était de 86 ! j’en suis encore toute émue.

Dans un élan d’optimisme et de confiance, je décide de faire LE test qui va me dire si je suis physionomiste ou pas. Non, en fait j’en  fait 2, comme ça je serais sure du résultat (suis optimiste, pas demeurée, même si j’ai 86 de QI !).

Le 1er indiquait que j’étais 30% moins bonne que la moyenne des humains (j’avoue que je ne sais rien sur l’échantillon constituant ladite moyenne). Il fallait observer le visage d’une célébrité en photo, noter qui c’était ou préciser si on ne le connaissait pas, et valider.          Le programme indiquait alors qui était vraiment la personne, et je devais dire « yep, je pensais que c’était ça » ou « non, j’étais sure que c’était Britney Spears et non pas princesse Diana ». Bref, pas besoin d’avoir 86 de QI pour comprendre que si on n’est pas branché télé / média / people, on se ramasse forcément la courgette (même si j’ai honte de ne pas avoir reconnu George W. Bush).

Le 2ème test quant à lui a affirmé que j’étais 30% au-dessus de la moyenne (je ne sais rien non plus sur l’échantillon constituant ladite moyenne). Mais là c’était clairement un test de mémoire : on te montre 10 têtes de piaf avec des informations (nom, prénom, âge, date de naissance, lieu de vie), tu retiens, et 3 secondes après on te montre 3 des 10 photos et tu dois indiquer les infos… Fastoche pour celui qui a un peu de mémoire, mais par contre dans 2 jours tu me montres une des photos avec un message « as-tu déjà vu ce visage » et je répondrais « pas du tout ».

Bref, vous aurez compris que mes recherches internet n’ont clairement rien donné de pertinent, sauf la réception tous les 2 jours d’une newsletter bien relou qui me donne des pseudos-solutions inefficaces pour devenir physionomiste. Par exemple, « vous ne voulez pas oublier qui est cette blonde aux yeux bleus ? Faites l’amalgame avec une célébrité blonde aux yeux bleus »… super, et quand je la croise je lui dis « salut Maryline ! » alors qu’elle s’appelle Agathe ?

Petit aparté quand même, j’ai bien pensé à la culture de la peur induite par les médias ainsi qu’à mes amis anxieux, car très rapidement en faisant mes recherches, internet m’a dirigé sur des sites expliquant une version très aggravée du problème, à savoir une maladie réelle nommée Prosopagnosie qui est un trouble de la reconnaissance des visages dû à une insuffisance de certaines fonctions cérébrales liées.  Clairement, en lisant les premières explications, il y a de quoi se faire une bonne petite crise d’angoisse car tout le monde peut se reconnaître dans la description (enfin, tous les non-physionomistes) . C’est quand ils expliquent que la personne atteinte ne se reconnait pas en photo et ne reconnait pas sa famille que je me suis dis « OUF ! C’EST BON ! JE VAIS BIEN !!!! » Après tout, ça aide à relativiser.

Coté expériences, je peux apporter quelques réflexions… peut être qu’en les couplant avec les vôtres nous pourront avoir des pistes d’études ?

Déjà, j’ai remarqué que nous n’étions vraiment pas tous égaux face au fait d’être physionomiste, et qu’à priori ce n’était pas une tare génétique. Par exemple, mon petit frère est capable de se souvenir des visages et des prénoms des gens même quand il ne les a pas vu depuis 23 ans… Et de me dire « ouaaah, t’as vu elle a pris un coup de vieux » et moi de répondre « c’était qui ? » « Mathilda ! tu ne l’as pas reconnu ? on avait pique-niqué ensemble le lendemain des feux de la saint jean en 1990 ! pourtant elle n’a pas changé !!! »…. #GrandMomentDeSolitudeInside#

Ceci dit, c’est plutôt pratique d’avoir avec soi quelqu’un qui peut « rattraper le coup » quand on galère face à une tête inconnue. Tu lui glisses discrétos un « c’est qui ? » et tu as plus ou moins discrétos une réponse (sauf si le quelqu’un en question est mon pote Léon qui est atteint d’une surdité relative et qui te répondra genre « TU NE LA RECONNAIS PAS ??? ENFIN C’EST TA VOISINE DE PALLIER DEPUIS 15 ANS !!!!!»……là tu t’exposes à des bonjours gênés jusqu’à ce que tu déménages pour les 3 prochains mois.

Allez, soyons fou intimes, je vais vous raconter 2-3 petites anecdotes, histoire qu’on apprenne à se connaître un peu

Une fois, au bureau de tabac, une dame m’a fait la bise en me demandant comment j’allais, ainsi que ma mère, mes frères, les zanimaux et tout ça. Elle me tutoyait, connaissait même la race de ma chienne, et là je me suis dit « et merde, on doit vraiment bien se connaître et je ne sais pas qui c’est ».  Du coup je me mets à la tutoyer gaiement, essayant de poser des questions qui allaient m’aiguiller, mais impossible de la remettre… Je repars, demande à tout le monde qui ça peut être en la décrivant au possible, personne ne sait…                         J’ai découvert 2 semaines plus tard que c’était mon assureur (assureuse ?), avec qui j’avais eu de très nombreux  rendez-vous les mois d’avant entre accidents de voiture, chienne qui tue des moutons à 4 reprises, dégâts dans l’appartement…. Elle se souvenait très bien de moi et de ma vie, moi pas du tout (en même temps, qui se souvient de la tête de son assureur ? même dans un petit village ? quand c’est le même pour toute ta famille depuis 10 ans ??? personne, si ?).

Il y a quelques semaines, je rendais visite à mon cheval dans son pré qui est loué à des agriculteurs pendant l’été. 2 personnes viennent discuter avec moi, l’un d’eux avait l’air de me connaître, de connaître mon cheval, l’amie qui vient s’en occuper quand je n’y vais pas, le fait que j’étais enceinte peu de temps avant… de fil en aiguille, entre les questions qu’il m’a posé concernant une personne chez qui nous nous étions rencontré peu de temps avant et son discours sur ses moutons dans le pré où mon cheval était, j’ai pu conclure que c’était le propriétaire qui nous louait le terrain, et j’en ai profité pour lui payer le mois.                           Et devinez quoi ? sur la route du retour, je n’arrêtais pas d’avoir le petit doute genre « et si ce n’était pas lui le propriétaire ??? » Je n’avais pas la certitude absolue d’avoir payé la bonne personne ! (mais pourquoi l’avais-je payé ? parce que ça me paraissait incorrect de ne pas le faire vu que je leur devais le mois)

Un autre exemple, pas plus tard qu’il y a 15 jours, reprise du travail  après 8 petits mois de congé… Impossible de me souvenir de certains prénoms et de savoir si certaines personnes étaient des clients ou des collègues, et je ne me vois pas tutoyer un client ou vouvoyer mon collègue… D’ailleurs, pour parer à ce genre de situation, j’ai développé une étonnante capacité à discuter avec quelqu’un sans le vouvoyer ni le tutoyer (si vous voulez des cours, n’hésitez pas à m’envoyer un mail !)

Paradoxalement, j’ai une excellente mémoire, et dès qu’on me rappelle le contexte ou la discussion en question, ça me revient « ahhh oui, c’est toi dont la mère s’appelle Henriette, qui a 4 frères, qui habite Clermont Ferrant, travaille en tant que consultant informatique et qui est passionné par la calligraphie chinoise !!!!! »… mais je ne me souviens ni des visages, ni des prénoms, et encore moins des noms de famille, même lorsque je croise cette personne quasi quotidiennement.

Ce qui me rassure, c’est quand je discute avec quelqu’un comme moi (Alice, je pense à la fois où tu as pensé croiser 2 fois le même cycliste alors que le 1er était grand, brun avec une veste bleu marine et le 2ème était minuscule avec une veste jaune et un casque)…  Malheureusement, le sujet doit être tabou ou assez rare car personne n’en parle jamais !

Ma théorie à moi, vu que j’ai bonne mémoire et pas trop d’atteintes cérébrales, c’est que je n’attache pas d’importance au visage des gens (ni à leur prénom finalement), mais je retiens l’échange ou le moment passé avec eux… (bien plus important vous en conviendrez)

Et vous qu’elle est votre théorie? Vos expériences ? Anecdotes ? Osez partager vos petites aventures mignonettes, vos  hontes, vos histoires, vos idées …

 

PS : et je suis totalement désolé si l’un d’entre vous a été l’objet de ma non reconnaissance, à un moment où à un autre, que j’ai oublié son visage ou son prénom, ou que je l’ai confondu avec quelqu’un d’autre (oui, ça m’arrive aussi).

887006_63662379

 

Share

Le futon (Bi-goût – 200 x 200 )

Il est pas beau notre futon! Les petits coeurs c'est pour vous montrez la place de nos têtes :-)

Il est pas beau notre futon!?? Les jolis coeurs c’est pour vous montrez la place de nos têtes :-) Avec 2 coeurs pour Miniglue qui a 2 places distinctes selon l’heure de la nuit!

Vous vous souvenez de mon top article sur le matelas à mémoire de forme que j’avais publié il y a quelques mois http://plus-ou-moins-futile.com/bla-bla-bla-etc/le-matelas-a-memoire-de-forme/126/ ? Il a enfin trouvé sa place comme prévu : enroulé pour servir de matelas dans la chambre d’amis. En effet, ma deuxième grossesse a eu raison de ma capacité à supporter ce matelas, du coup je suis partie en recherche de NOTRE solution, à zhom et moi, pour retrouver le sommeil.

Je ne vais pas vous refaire toute la réflexion / recherche / décision envers le choix de notre futon – oui, je suis toujours un boulet pour choisir – mais après 7 mois d’investigations intensives, nous avons opté pour LE futon, celui qui allait nous accompagner pendant pleins d’heures toutes les nuits.

Ce futon, outre le fait de mesurer 2 mètres sur 2 mètres, a la particularité d’avoir 2 faces différentes pour pouvoir choisir si on veut dormir sur la face ferme ou la face moelleuse. En fait, c’était surtout pour limiter la prise de risque, sachant que les futons ont la réputation d’être supra durs et que zhom aime plutôt le moelleux… donc dans le doute, je me suis dit qu’on allait assurer nos arrières (dans tous les sens du terme).

Aujourd’hui, j’ai donc l’honneur de vous présenter le crash test du Futon Bi-goût 2 mètres x 2 mètres, qui a pu être testé dans toutes les situations, y compris grossesse, allaitement, cododo massifs, calins, insomnies.

Il faut savoir que quand on choisit un futon, on a la nécessité de remplir certains pré-requis, surtout si on prend la maxi-queen-size :

–       Avoir un sol sain. En effet le futon repose sur des tatamis en paille de riz à même le sol. Si le sol est archi humide ou plein de puces de plancher, il y a fort à parier que vous allez être rapidement contrarié, à moins d’avoir un cadre de lit adéquat et un futon qui s’y adapte.

–       Si vous choisissez futons + tatamis à même le sol, ne pas avoir de soucis de santé majeurs et de dos cassé, dans ce cas prévoir là encore le cadre de lit, le sommier et le futon adéquat.

–       Ne pas vouloir retourner son futon tous les matins, à moins d’être ami avec hulk ou popeye, car Mr Futon pèse clairement le poids d’un âne mort… voir de 2… donc pour retourner l’animal, il faut être 2 volontaires minimum

–       ….

Une fois qu’on a pris en compte ces petits paramètres, on peut se lancer.

Ici, à la réception du futon : portage jusqu’à l’étage (poids de 2 ânes morts), déroulage (ouf, ça rentre dans la chambre), odeur (la fibre de coco, ça sent super bizarre – atchoum – mais on devrait s’y faire – atchoum – rhume des foins de m****), et maintenant on attend avec impatience que le soir arrive pour tester la nouvelle merveille.

Le soir arrive enfin

1 ère surprise : on peut sauter dessus. On ne rebondit pas franchement (et puis, sauter sur le futon en étant enceinte, c’était périlleux), mais on peut sauter, on ne s’enfonce pas, on ne tombe pas, aspiré par la mémoire intérieure de la forme du matelas (je sais cette phrase ne veut rien dire). D’ailleurs, Lardon s’en donne à cœur joie, vu que le futon est à sa hauteur…. Ahhhh, ça c’est cool !

2ème surprise : c’est grand, vraiment grand, vraiment très très grand. On peut faire les étoiles à qui mieux mieux, on ne se gêne pas ! En même temps, c’était justement prévu pour, avoir de la place et pouvoir gérer les dodos à plusieurs, versus lardon « suis kré malade zveux dormir dans le lit de papa et maman » et mini-glue en mode… glue. D’ailleurs, on a pu expérimenter cette situation il y a peu, tous les 4 dans le lit dont un lardon malade.   Soyons clair, un lardon fiévreux, même s’il dispose de toute la place de la terre, va venir se coller, lui et sa canicule intérieure, à sa môman. Et la nuit sera forcément pourrie d’une qualité relative, mais ça ce n’est pas la faute du futon. Parce que zhom, lui, il a très bien dormi avec plein de place, pendant que j’étais 3 sur moins d’1 mètres de large… Donc, la place du futon en 2x2m, c’est top,et un lardon qui se collerait sur son père quand il a 40°C de fièvre, ce serait idéal.

 3ème suprise : la couette a rétrécit…. Si, si, elle est toute petite, et si on veut dormir chacun de notre coté, elle ne nous couvre plus tous les 2. Et changer de couette, ça veut aussi dire racheter des jeux de housses en taille mammouth, qui coûtent un peu…

4ème surprise : il n’y a plus besoin de table de chevet ! Et oui, le sol revêt cette fonction, ce qui s’avère drôlement pratique quand vous avez besoin d’avoir à portée de main vos livres du moment (2 ou 3), les lunettes, 1 bouteille d’eau, 1 autre bouteille d’eau (celle de la veille que vous avez oublié de jeter / redescendre / remettre au frais), 2-3 couches (pour les fuites de Miniglue), du coton avec le produit à cul, le téléphone qui sert de réveil, une veilleuse,     1 lange, 1 doudou, 1 tétine au cas où….

5ème surprise : on peut optimiser la place … sur les murs. Le futon Queen size prend de la place au sol, mais par contre, vu qu’il est à même le sol, il permet de gagner plein de place au niveau des hauteurs de murs… A nous étagères à gogo, tableaux et cadres photos.

6ème surprise : le futon bi-goût et ses 2 faces, c’est intéressant et sécurisant pour faire le choix. Après, le coté moelleux il est quand même bien ferme, et vu le poids de bidule, on ne le retourne pas en allant se coucher en disant « ro chéri, j’ai trop envie du coté dur ce soir » ( :p )

Bref, d’un point de vue général, le verdict est sans appel : le futon, enfin CE futon, il a changé ma vie, enfin surtout mes nuits, en mieux. Plus mal au dos au réveil, plus d’emprisonnement dans le matelas qui empêche de bouger, plus de réveil à chaque mouvement de zhom (donc l’indépendance de couchage, ça existe !), je me réveille fraiche, belle et prête à affronter ma journee – avec un énergie relative car Miniglue s’est reveillée 3 fois et Lardon 2 fois, mais ça c’est pas la faute du futon.

Pour finir, je tenais à vous rassurer sur un point qui a l’air important à vos yeux. En effet, j’ai eu beaucoup de réflexions bizarres par rapport à la taille de la bête. Par exemple, on m’a fait 19 fois l’exclamation suivante  « haaannn, moi j’pourrais pas, j’aime trop dormir dans les bras de mon chéri / ma dulcinée, tu n’as pas peur que ça vous éloigne, zhom et toi ? »…                                               

Il faut savoir que ce n’est pas parce qu’on a un lit immense, qu’on est obligé de dormir chacun à 1 bout, il n’y a aucune règle l’obligeant. Moi aussi je n’aime pas seulement dormir dans les bras de morphé, j’aime aussi dormir avec mon namoureux, mais j’aime aussi étaler mon mètre 80 telle une étoile sans déranger.

A l’attention des démarcheurs et publicitaires en tout genre, si vous avez envie de faire un commentaire, merci de vous abstenir d’écrire la marque de votre entreprise puisqu’elle sera supprimée dans les 3 minutes. Par ailleurs, je ne changerais pas mon futon avant quelques années donc pas besoin de me démarcher, ni pour me vendre un matelas, ni pour que je teste les votre !

Share