C’était mieux avant !!! …. ou pas?

auto-1399087_640

La bonne vieille dodoche de l’époque!

Quand j’étais gamine, je me souviens qu’il y avait cette phrase qui avait tendance à m’horripiler sérieusement. LA phrase qui ressortait à chaque repas de famille, à chaque discussion avec les anciens du village, à chaque fois que je croisais quelqu’un qui avait plus de 100 ans 60 ans. Cette phrase c’était : « C’ETAIT MIEUX AVANT! », et pouvait se décliner en « au moins de mon temps c’était pas comme ci, « oui mais à mon époque c’était comme ça et c’était mieux »…

Déjà, comment comprendre ce type de phrase quand on n’a que sa propre réalité d’enfant / adolescente / de jeune femme et qu’on n’a jamais connu ce fameux « avant »? Ensuite, il faut reconnaître que derrière cette toute petite phrase il y a le sentiment que ce qu’on vit dans notre réalité n’est vraiment pas génial, voir même totalement pourri, alors que ce n’est pas la perception qu’on en a. Sans compter que ça laisse penser que l’interlocuteur qui regrette tant « l’avant » n’est pas épanoui et que le pauvre, il ne peut pas être aidé (ben oui, ça ne se recrée pas, le passé)…

Bref, les années défilant à la vitesse de la lumière, me voilà maintenant à 35 ans.  J’avoue je ne suis pas du genre à vivre dans le passé, ni à ressasser avec nostalgie les meilleurs moments de ma vie (ou les pires, c’est selon). J’ai même une certaine propension à être une Doris de la mémoire à long terme, avec mes souvenirs devenant flous pour disparaître insidieusement à tout jamais dans l’océan de mon cerveau.

Sauf que, les vieux chnocks de mon enfance ont pour la plupart viré Alzeihmer, et ceux qui disaient « c’était mieux avant » ont changé leur discours pour « ouh là là mais je ne comprends plus rien aux jeunes / à la vie de maintenant ». Comme quoi après le « c’était mieux avant » vient le « mais c’est quoi ce bordel maintenant? ».

Soit.

Là où je suis surprise, et passablement agacée je vous l’accorde, c’est que j’entends des amis, des potes, des collègues seriner le fameux discours… à 30, 35, 40, et 50 ans… Et là je me dis « WTF, c’était donc contagieux »! Je ne parle pas de ceux qui, en fin de soirée, après 17 verres de vins de rouges et 2 clairettes, commencent à ressasser le passé versus amélioré, genre « ouais tu te souviens on dévalait la descente de la montagne à patins à roulettes à sangles, c’était vraiment trop génial je ne vois pas pourquoi ils ont inventé les rollers blades » , je parle de ceux qui critiquent tout ou presque en faisant référence à « l’avant », comme si le présent était trop pourrave et qu’il aurait fallu faire un arrêt sur image dans les années 80 (90, 2000…).

Donc j’ai noté ces dernières semaines les différents « c’était mieux avant » entendus, avec un petit commentaire (que je n’ai pas formulé dans la vraie vie hein, juste dans ma tête).

  • L’école, c’était mieux avant, au moins on apprenait des choses utiles, et les profs étaient compétents : oui, oui, c’était top, Mme M. me tirait les oreilles à m’en décoller de ma chaise, Mr B. me mettait au coin en m’attrapant par les cheveux et Melle P. humiliait ses élèves en permanence. Et je n’ai jamais compris l’utilité de faire la démonstration du quadrilatère ni de développer la formule chimique du chlore en symboles, sans compter les équations à 2 inconnues et tout ce qui ne me sert strictement à rien aujourd’hui (soit à peu près tout ce que j’ai appris). 
  • Avant au moins, on n’était pas obligé de mettre sa ceinture de sécurité! : c’est vrai, quelle liberté de mouvement! et avec les anciennes carrosseries qui ne pliait pas sous le choc (qui était mieux d’ailleurs), les accidents étaient épiques. Et les gens concernés ne sont plus là pour en parler. 
  • N’importe quoi l’obligation de faire porter des casques à vélo aux enfants, je n’ai jamais eu de casque et il ne m’est jamais rien arrivé : tant mieux pour toi, tu ne serais peut être plus là pour en parler toi non plus.
  • Avant, la baguette de pain coutaît 36 centimes de francs (nomdidiou)! (soit 36 anciens francs, ou 0,5 centime d’euro) : c’est clair, et le SMIC horaire était à 1,64 Francs de l’heure, soit 164 ancien francs ou 25 centimes d’euro, et une voiture bas de gamme coûtait 5 000 francs. Finalement, le SMIC aujourd’hui est à 10 € de l’heure (ou presque), la baguette coûte 1 € et une voiture bas de gamme 3 000 €… suis pas sure de savoir compter, mais la situation vis à vis de l’achat de la baguette ou de la voiture me semble plutôt aller dans le bon sens (je ne dis pas que c’est le cas sur tout, entendons nous bien). 
  • De mon temps on avait le sens du travail, et on avait pas peur de faire des heures! : c’est vrai, temps de travail légal de 50 heures par semaine, 2 semaines de congés par an, sans protection, en réalisant des tâches pénibles, éventuellement en attrapant un cancer lié à l’amiante et en mourant à 55 ans, un masque sur la bouche et une bouteille d’oxygène à coté du lit, ça valait le coup! 
  • Avant, on ne se faisait pas racketter son téléphone portable à l’école! : nan, c’est vrai, on se faisait racketter son blouson, son vélo, son goûter, et il n’y avait pas l’assurance spéciale « perte, vol ou casse » qui allait avec… Donc le vélo qui t’avait valu 1 an d’économie et 40 lavages de voitures des voisins, ben t’étais bon(ne) pour attendre l’année prochaine pour t’en payer un autre. 
  • La violence, c’est un truc de maintenant! De mon temps ça n’existait pas! : tu es sûr de ton coup là? Parce que l’holocauste de la 2ème guerre mondiale, de mémoire pendant les cours d’histoires géniaux de mon temps, c’était pas super soft, si? Et Staline et Mao aussi n’avaient pas l’air supra bienveillants? et pendant la guerre d’Algérie, il n’y avait ni torture ni violence? et au moyen âge (ben oui, super loin avant ou ça devait être génialement mieux)?
  • Au moins à la télé il y avait des programmes intéressants! C’est vrai quoi, Club Dorothée pour les enfants, Dallas pour jenesaispasquic’étaittroppourri, Santa Barbara tu me diras pourquoi (j’ai le mal de vivreuh), Derrick pour la sieste de Mamie, Tourner Manège pour les célibataires, l’Ecole des Fans pour les dimanche pluvieux… c’était vraiment top! 
  • Internet, maintenant, c’est la porte ouverte à pleins de mauvaises informations! Et pleins de bonnes aussi, non? et une certaine autonomie? parce que le minitel et la bibliothèque ouvert 2 matinées par semaine, c’était un peu limite non? si? 
  • phone-1988235_640

    Au moins pas d’ondes wifi avec ce téléphone

    Avant, y avait pas tous ces téléphones et c’était pas plus mal, au moins les gens se parlaient, et passaient du temps ensemble : Oui, enfin ils se parlent par écrit maintenant. Et puis par téléphone. Bon, certes, je concède sur le fait qu’il y a moyen de se sentir seul entouré de 5 personnes les yeux rivés sur leur smartphone, et que ce put*** de téléphone sonne sans arrêt entre les SMS, les pubs, les mails, les notifications FB, instagramm, Pinterest… yep là c’était ptêt mieux avant pour le coup!

  • …….. (y en a plein d’autres hein, mais je vous laisse compléter en commentaires!)

Vous l’aurez compris, je ne suis pas fan du « c’était mieux avant »… même si parfois, j’avoue tout, je me dis que ça avait l’air pas mal pendant la période de la petite maison dans la prairie, quand les gens se déplaçaient à cheval et vivaient à la campagne , que la solidarité était fortement présente, que les gens mourraient de maladies  qui se soignent très bien aujourd’hui, ou de famine parce que la récolte était moisie, que les filles devaient faire les boniches à la maison et se marier à 14 ans, que l’IVG était possible seulement à l’aiguille à tricoter après le 7 ème enfant, qu’on mangeait son cheval quand il n’y avait plus rien  d’autre à bouffer, qu’on faisait chauffer l’eau à la marmitte pour prendre un bain, qu’il fallait courir dans la cabane au fond du jardin pour aller aux toilettes même en plein hiverLe top du top quoi!

Pour aller plus loin :

 

Share