Désorganisation absolue, des solutions?

chaos-391652_1280-2

Comme vous le savez, je suis une professionnelle de la désorganisation.

Déjà dans ma tête on est plusieurs,  j’ai plusieurs vies dans la même qui n’ont rien à voir les unes avec les autres,  je souffre de phobie administrative et j’excelle en matière de procrastination.

D’aussi loin que je me souvienne, ça a toujours été ainsi.

Entre les huissiers qui ont débarqués car j’avais oublié de poster le paiement de ma facture de téléphone pendant 5 petits mois, l’interdiction d’avoir un badge autoroute pour avoir omis de leur signaler mes nouvelles coordonnées bancaires pendant 2 ans, mon facteur qui collait régulièrement des post-its sur ma porte “merci de vider votre boite au lettre, elle déborde”, mes 4 ans de papiers en retard….

Je ne parle même pas de l’organisation du quotidien avec des rendez vous divers dont je note mal la date, des cours de yoga à donner à pleins d’endroits différents dont je perds les adresses, les dates de vacances que j’oublie, les petites tâches à faire qui s’amoncellent, les grandes missions avec des deadlines (d’ailleurs, dans deadlines, il y a le mot “dead”)…

Et ça, c’est hors gestion des gnomes.

Je vous laisse imaginer avec 1 gnome à l’école,  l’autre à la crèche,  les rdv, réunions de rentrée / sortie / vacances / points en cours d’année, paperasseries et autorisations diverses très bizarres : autorisation de publier la tête du gnome sur le blog de l’école, autorisation d’emmener les gnomes à l’hôpital si c’est urgent (c’est vrai que ça paraîtrait logique de les laisser se vider de leur sang), faire signer le protocole médical pour avoir le droit à l’arnica en cas de chute (qui implique rdv chez le médecin, 26 €, ½ journée de perdu et le trou de la sécu qui enfle), le protocole d’éviction de lait de vache de 14 pages, signée par 4 personnes en 3 exemplaires, les habitudes de l’enfant de 7 pages (il pisse au lit? fait caca dans la poubelle? est papivore? suce son gros orteil pour s’endormir? adore crever les yeux des chats?), les feuilles d’inscriptions à la cantine / garderie / centre aéré / activité extra scolaire avec autorisation de transports, les cartes de bibliothèque avec horaires non précisés….

Je ne sais pas comment font les autres pour penser à tout. Moi, je galère à mort. Je n’y arrive pas, ça ne m’intéresse pas, et je passe pour la pire des mères. Dernière en date la maîtresse de mon fils qui  m’attend pour me dire “ je préférais vous donner la pochette en personne car il y a des papiers à remplir et à signer, je voulais être absolument certaine que vous les ayiez, vous comprenez ils étaient à rendre et à signer pour le 23 juin et nous sommes le 18 décembre” (ah bon déjà???)

A la crèche c’est la même en couleur et au travail la même en noir et blanc. Mes amis savent que je suis un boulet mais finissent souvent par m’en vouloir d’avoir oublié de les rappeler depuis 27 mois (on les comprend).

Je ne vais pas épiloguer sur le pourquoi du problème, mais toujours est il que j’ai vainement essayer de trouver des solutions, et on m’a poussé à en trouver – merci les topines qui m’ont glissé discrétos “tu sais, moi avant c’était pareil (menteuse) et depuis je fais ci et ça et tout va mieux dans ma vie”.

Bref, du coup je partage les solutions… (si défois je n’étais pas la seule de l’univers à être cerveau droit).

Les solutions qui marchent (ou pas)

  • L’agenda

Classique, discret, infaillible, de-la-taille-que-tu-veux. Tu le ranges dans le sac et il est là, partout avec toi, prêt à se gorger d’infos pour délester ta tête de linotte.

 Sauf que dans l’agenda, il y a un truc qui s’appelle “dates”, et c’est là où ça devient compliqué. Parce que pour noter des rdv, ça va, mais où est ce qu’on peut noter tout le reste? (et dieu sait que ça prend vraiment bcp de place, le “reste”)

  • Les listes

En théorie on peut faire des listes pour tout. Des “To do” listes, des listes de courses, de gratitude, de tâches en retard, des livres à lire, leur emplacement (quoi? vous ne perdez pas vos livres?), les rendez vous pro, perso, le suivi des vermifuges des animaux et des enfants et des adultes (nanmého pas de discrimination!)…

Le gros inconvénient c’est le support. Soit il faut un nouveau carnet à trimballer avec l’agenda – si jamais on peut le coller à l’agenda – soit il faut beaucoup de post-its qu’on ne sait plus où coller, ou des feuilles qui volent et disparaissent, mangées par le chat ou coloriées par les gnomes.

  • Les calendriers

Il en existe pour tout! Tu as le super calendrier perso, le pro, le spécial tâches domestiques, spécial recettes, spécial mère de famille… Mais ils ne sont pas vraiment cumulatifs (ou alors il faut un très très grand frigo).

Ce qui est super bizarre, c’est que souvent, les mamans (ou les papas) sont parents, cuisinent, réalisent des tâches ménagères, travaillent, ont une vie perso… Ils ne pourraient pas inventer un truc qui fait tout?

Bref, j’ai essayé, cumulé, mais sur la durée ça ne fonctionne pas…. Mais je me sers quand même de celui spécial répartition des tâches, non pas pour répartir les tâches ménagères (tout le monde sait que c’est toujours bibi qui s’y colle) mais parce qu’il a la particularité d’avoir 1 case prévu par membre de la famille. 5 cases au total, donc 1 par tête de piaf et 1 pour les animaux ou les activités en famille, c’est selon.

  • Les outils multimédia

Google keep, wanderlust, agendas mutuels, post-its …  là encore il en existe plein, c’est à chacun de tester. Ici j’utilise beaucoup google keep, c’est un principe de listes, à écrire, enregistrer, photographier avec la possibilité d’avoir un rappel. C’est génial parce que ça permet de délester le cerveau rapidement et n’importe où (puisque l’appli est dans le téléphone, l’ordi et sur la tablette et reste synchronisé), mais c’est moins génial de s’y retrouver au bout de quelque temps.

L’agenda multimédia est un indispensable ici, pour noter rapidement le rendez vous qu’on croit se souvenir mais dont on ne se souvient jamais.

Les autres outils, ça n’a pas marché, en fait ça prend trop de temps à ouvrir et à organiser, et ça c’est rédhibitoire… faut que ça aille vite.

  • Le bullet journal

J’ai découvert ça il y a peu et je me suis dis “faut que je tente le coup”. Ca semblait assez miraculeux pour les boulets dans mon genre, donc je me suis lancée….

Le concept est assez simple même s’il paraît assez compliqué au départ… C’est UN SEUL outil qui peut tout contenir, les RDV, plannings, listes… ça permet d’externaliser notre mémoire tranquillou bilou et dieu sait que ce n’est pas du luxe.

C’est un petit carnet qui contient un index, et c’est là toute l’efficacité du système puisqu’on reporte ce qui est important dans l’index (et vu que le carnet est paginé, on retrouve plus ou moins facilement ce qu’on cherche). Comme on le crée soi même, il est supra adaptable, et cette liberté du cerveau droit est vraiment appréciable!

Et alors, chez moi ça donne quoi?

Euh, la vraie des vérités?

Rien de concluant.

J’avais mis beaucoup d’espoir dans le bullet journal, mais après avoir mixé les mauvais jours avec les mauvaises dates, oublié de faire mes pages en-tête et avoir foiré mes pages hebdomadaires, raturé, coller des bouts de magazines pour cacher la misère… le démarrage a été rude. Et finalement, le report de tâches que je ne faisais jamais (genre pendant 2 mois ½, je lisais tous les jours “appeler Marcel → Reporté”) m’a démoralisé et je me suis dis que ça ne soignait pas ma procrastination sévère non plus. J’ai tenu le coup, genre 3 mois, et maintenant c’est devenu un carnet où je note les trucs SUPERS IMPORTANTS QUI FAUT SURTOUT PAS PERDRE (jusqu’au jour – qui arrivera j’en suis sure – où je perdrais ledit carnet)

Par contre c’était joli, plus que mon agenda électronique ou que mon calendrier tout raturé.

Et donc?

Donc, je continue à être totalement désorganisée, et je m’entraîne à quelque chose de tout nouveau : ASSUMER

Je vous en dirai des nouvelles (ou pas, si je procrastine trop) :)

Share

Le futon (Bi-goût – 200 x 200 )

Il est pas beau notre futon! Les petits coeurs c'est pour vous montrez la place de nos têtes :-)

Il est pas beau notre futon!?? Les jolis coeurs c’est pour vous montrez la place de nos têtes :-) Avec 2 coeurs pour Miniglue qui a 2 places distinctes selon l’heure de la nuit!

Vous vous souvenez de mon top article sur le matelas à mémoire de forme que j’avais publié il y a quelques mois http://plus-ou-moins-futile.com/bla-bla-bla-etc/le-matelas-a-memoire-de-forme/126/ ? Il a enfin trouvé sa place comme prévu : enroulé pour servir de matelas dans la chambre d’amis. En effet, ma deuxième grossesse a eu raison de ma capacité à supporter ce matelas, du coup je suis partie en recherche de NOTRE solution, à zhom et moi, pour retrouver le sommeil.

Je ne vais pas vous refaire toute la réflexion / recherche / décision envers le choix de notre futon – oui, je suis toujours un boulet pour choisir – mais après 7 mois d’investigations intensives, nous avons opté pour LE futon, celui qui allait nous accompagner pendant pleins d’heures toutes les nuits.

Ce futon, outre le fait de mesurer 2 mètres sur 2 mètres, a la particularité d’avoir 2 faces différentes pour pouvoir choisir si on veut dormir sur la face ferme ou la face moelleuse. En fait, c’était surtout pour limiter la prise de risque, sachant que les futons ont la réputation d’être supra durs et que zhom aime plutôt le moelleux… donc dans le doute, je me suis dit qu’on allait assurer nos arrières (dans tous les sens du terme).

Aujourd’hui, j’ai donc l’honneur de vous présenter le crash test du Futon Bi-goût 2 mètres x 2 mètres, qui a pu être testé dans toutes les situations, y compris grossesse, allaitement, cododo massifs, calins, insomnies.

Il faut savoir que quand on choisit un futon, on a la nécessité de remplir certains pré-requis, surtout si on prend la maxi-queen-size :

–       Avoir un sol sain. En effet le futon repose sur des tatamis en paille de riz à même le sol. Si le sol est archi humide ou plein de puces de plancher, il y a fort à parier que vous allez être rapidement contrarié, à moins d’avoir un cadre de lit adéquat et un futon qui s’y adapte.

–       Si vous choisissez futons + tatamis à même le sol, ne pas avoir de soucis de santé majeurs et de dos cassé, dans ce cas prévoir là encore le cadre de lit, le sommier et le futon adéquat.

–       Ne pas vouloir retourner son futon tous les matins, à moins d’être ami avec hulk ou popeye, car Mr Futon pèse clairement le poids d’un âne mort… voir de 2… donc pour retourner l’animal, il faut être 2 volontaires minimum

–       ….

Une fois qu’on a pris en compte ces petits paramètres, on peut se lancer.

Ici, à la réception du futon : portage jusqu’à l’étage (poids de 2 ânes morts), déroulage (ouf, ça rentre dans la chambre), odeur (la fibre de coco, ça sent super bizarre – atchoum – mais on devrait s’y faire – atchoum – rhume des foins de m****), et maintenant on attend avec impatience que le soir arrive pour tester la nouvelle merveille.

Le soir arrive enfin

1 ère surprise : on peut sauter dessus. On ne rebondit pas franchement (et puis, sauter sur le futon en étant enceinte, c’était périlleux), mais on peut sauter, on ne s’enfonce pas, on ne tombe pas, aspiré par la mémoire intérieure de la forme du matelas (je sais cette phrase ne veut rien dire). D’ailleurs, Lardon s’en donne à cœur joie, vu que le futon est à sa hauteur…. Ahhhh, ça c’est cool !

2ème surprise : c’est grand, vraiment grand, vraiment très très grand. On peut faire les étoiles à qui mieux mieux, on ne se gêne pas ! En même temps, c’était justement prévu pour, avoir de la place et pouvoir gérer les dodos à plusieurs, versus lardon « suis kré malade zveux dormir dans le lit de papa et maman » et mini-glue en mode… glue. D’ailleurs, on a pu expérimenter cette situation il y a peu, tous les 4 dans le lit dont un lardon malade.   Soyons clair, un lardon fiévreux, même s’il dispose de toute la place de la terre, va venir se coller, lui et sa canicule intérieure, à sa môman. Et la nuit sera forcément pourrie d’une qualité relative, mais ça ce n’est pas la faute du futon. Parce que zhom, lui, il a très bien dormi avec plein de place, pendant que j’étais 3 sur moins d’1 mètres de large… Donc, la place du futon en 2x2m, c’est top,et un lardon qui se collerait sur son père quand il a 40°C de fièvre, ce serait idéal.

 3ème suprise : la couette a rétrécit…. Si, si, elle est toute petite, et si on veut dormir chacun de notre coté, elle ne nous couvre plus tous les 2. Et changer de couette, ça veut aussi dire racheter des jeux de housses en taille mammouth, qui coûtent un peu…

4ème surprise : il n’y a plus besoin de table de chevet ! Et oui, le sol revêt cette fonction, ce qui s’avère drôlement pratique quand vous avez besoin d’avoir à portée de main vos livres du moment (2 ou 3), les lunettes, 1 bouteille d’eau, 1 autre bouteille d’eau (celle de la veille que vous avez oublié de jeter / redescendre / remettre au frais), 2-3 couches (pour les fuites de Miniglue), du coton avec le produit à cul, le téléphone qui sert de réveil, une veilleuse,     1 lange, 1 doudou, 1 tétine au cas où….

5ème surprise : on peut optimiser la place … sur les murs. Le futon Queen size prend de la place au sol, mais par contre, vu qu’il est à même le sol, il permet de gagner plein de place au niveau des hauteurs de murs… A nous étagères à gogo, tableaux et cadres photos.

6ème surprise : le futon bi-goût et ses 2 faces, c’est intéressant et sécurisant pour faire le choix. Après, le coté moelleux il est quand même bien ferme, et vu le poids de bidule, on ne le retourne pas en allant se coucher en disant « ro chéri, j’ai trop envie du coté dur ce soir » ( :p )

Bref, d’un point de vue général, le verdict est sans appel : le futon, enfin CE futon, il a changé ma vie, enfin surtout mes nuits, en mieux. Plus mal au dos au réveil, plus d’emprisonnement dans le matelas qui empêche de bouger, plus de réveil à chaque mouvement de zhom (donc l’indépendance de couchage, ça existe !), je me réveille fraiche, belle et prête à affronter ma journee – avec un énergie relative car Miniglue s’est reveillée 3 fois et Lardon 2 fois, mais ça c’est pas la faute du futon.

Pour finir, je tenais à vous rassurer sur un point qui a l’air important à vos yeux. En effet, j’ai eu beaucoup de réflexions bizarres par rapport à la taille de la bête. Par exemple, on m’a fait 19 fois l’exclamation suivante  « haaannn, moi j’pourrais pas, j’aime trop dormir dans les bras de mon chéri / ma dulcinée, tu n’as pas peur que ça vous éloigne, zhom et toi ? »…                                               

Il faut savoir que ce n’est pas parce qu’on a un lit immense, qu’on est obligé de dormir chacun à 1 bout, il n’y a aucune règle l’obligeant. Moi aussi je n’aime pas seulement dormir dans les bras de morphé, j’aime aussi dormir avec mon namoureux, mais j’aime aussi étaler mon mètre 80 telle une étoile sans déranger.

A l’attention des démarcheurs et publicitaires en tout genre, si vous avez envie de faire un commentaire, merci de vous abstenir d’écrire la marque de votre entreprise puisqu’elle sera supprimée dans les 3 minutes. Par ailleurs, je ne changerais pas mon futon avant quelques années donc pas besoin de me démarcher, ni pour me vendre un matelas, ni pour que je teste les votre !

Share

Le matelas à mémoire de forme

1269145_41051931

Cette fois ça ne pouvait plus attendre, mon matelas avait quasi 10 ans, au milieu un espèce de trou béant qui nous attirait pendant la nuit. Zhom et moi, on a beau s’aimer et tout et tout, on en avait ras le bol de se retrouver serré sur 1 mètre de large sans pouvoir bouger.

Bref, me voilà partie dans l’étude de tous les matelas de la planète… Les marques, les types, les technologies avancées, les tailles, les détails in-dis-pen-sables… On nous attire avec le fait qu’on passe 300 000 ans dans notre lit et qu’il faut bien dormir sous peine de grossir (gné ?) et de devenir bipolaire… d’entrée de jeu ça met la pression

Perso j’ai un dos tout pourri, et j’ai tendance à l’insomnie… donc quand je dors, il faut que ce soit du genre efficace, sinon j’ai déjà l’impression de décéder à 10h du mat. Apparemment, dans ma situation, on me conseille le matelas en latex ou le matelas à mémoire de forme de la mortquitue Nasa.

C’est vrai que le matelas en latex, il a l’air trop bien avec  l’indépendance de couchage… ben oui vous comprenez c’est compliqué quand on bouge beaucoup la nuit de sentir l’autre qui est immobile…                                                                                                                                      Par contre, il est supra cher. Et puis [mode esprit bizarre/ ON] moi dans ma tête le latex c’est pour faire les capotes, et les capotes bien que très utiles, ça pue et surtout, ça ne laisse rien passer… ni l’air (on peut en faire des ballons), ni l’eau (on peut en faire des bombes à eau), ni les zozos (son rôle premier d’ailleurs)… et en prime on peut développer des allergies. Du coup ce matelas, j’ai peur qu’il ne respire pas et et qu’il soit un peu trop conservateur… [mode esprit bizarre/ OFF]

Suite à mon association d’idée lumineuse, notre choix se porte sur un matelas à mémoire de forme, en respectant les consignes du matelas idéal (densité de la mousse, non obésité, non sudation…) LE truc génial, on a aussi l’indépendance de couchage, la certitude que le dos sera content, l’aspect cocon et tout et tout. LE truc moins génial… le prix.

Zhom, qui a toujours des idées lumineuses, trouve une super promo, genre le matelas 300 € au lieu de 1200 €… on se dit « soit c’est une arnaque, soit c’est une occasion rêvée ».

On décide de tenter le coup et on passe commande. 8 semaines plus tard, IL EST LA ! LE super matelas !!!!

Préparation, déroulage, apparemment il faut attendre plusieurs heures. Puis le soir, on l’installe sur le sommier.

1ère surprise : Il mesure 2 mètres de long pour 1m90 de sommier. 10 cm plus long que l’ancien… pffft c’est quoi 10 cm, 5 cm de chaque côté ?… Ça dépasse un peu du sommier quoi. Et puis les draps ils sont tellement tendus qu’ils ont l’air de faire mal aux angles du matelas… Ah, tiens d’ailleurs le drap il a sauté de mon côté … Bon, ben on achètera des draps en 2 mètres x 1,40 ! Ah… apparemment ça n’existe pas… On se mettra à la couture !

2ème surprise : En sautant dessus, on ne rebondit pas. Moi j’aime bien faire du trampoline sur le lit le soir pour évacuer les tensions… Il faut reconnaître que ce n’est pas très mature… c’est une bonne occasion d’arrêter…

3ème surprise : On s’enfonce quand même au départ, genre quand on pose sa main, on a la moitié du bras qui est dans le matelas… mais complètement allongé, c’est confortable.

4ème surprise : On ne tombe plus au milieu… non… on est genre figé, coincé chacun de notre côté.

5ème surprise : Les câlins acrobatiques sont proscrits avec un matelas à mémoire de forme, on a juste la possibilité d’un bon missionnaire version étoile de mer pour être sûr que le poids soit bien réparti à l’horizontal.

6ème surprise : Le lendemain matin, pas de maux de dos. Par contre « indépendance de couchage » est un terme un peu abusif… c’est juste qu’on ne PEUT pas bouger. Ca règle aussi mon hyperactivité nocture…

Conclusion 1ère  impression : Il est vraiment génial ce matelas ! il y a juste quelques habitudes à changer mais rien d’irréalisable. Bon peut être que je suis vraiment un peu déçue et que j’essaye de me convaincre que je suis contente et que les détails qui m’ont pourris mon enthousiasme initial n’ont aucune importance…

Sur le moyen terme : On s’habitue…. Bon j’avoue que j’ai totalement détesté ce matelas enceinte, le ventre restait coincé dans le matelas et je ne parvenais plus sortir du lit autrement qu’en roulant. Quand j’allaitais c’était guère mieux : en position assise mon derrière restait enfoncé dans le lit jusqu’à m’en faire des fourmis, sur le côté mon poids m’enfonçait + que babychou, donc mes seins n’étaient plus au niveau de sa bouche… Pratique quand ledit babychou téte 6 fois par nuit…

Sur le long terme : Matelas se prépare à sa nouvelle vie très prochaine : être enroulé pour servir ponctuellement dans la chambre d’amis.

En attendant, je compare les futons…

Share