Quand la friteuse déborde…

frenchfries-fries-pommefrites-320707-h

Au sens propre du terme…

Petit article du jour, un peu futile, mais j’avais envie de vous raconter une petite anecdote qui décrit assez bien comment les “évidences” ne sont pas les mêmes pour tout le monde.

C’est vrai ça, combien de fois, depuis votre naissance, avez vous entendu la réplique (qui devrait être célèbre d’ailleurs) “MAIS C’EST ÉVIDENT!” voir “MAIS C’EST ÉVIDENT ENFIN!”.

Que ce soit à l’école, en famille, avec ses amis, il y a toujours des handicapés de la communication professionnels de “l’évidence”

Et on se retrouve là, un peu humilié, un peu honteux, de ne pas comprendre cette fameuse “évidence”.

Ce soir, petite scène de ménage à la maison, qui devrait un peu illustrer ce concept…

L’objet du délit : la friteuse

Pour faire court, le barbu me demande de démarrer la friteuse, il y met des frites, et il part se doucher, me laissant avec 2 gnomes en furie (ça ça va), et la gestion de la cuisson des frites (là ça va tout de suite moins bien).

Clairement, ma connaissance en terme de friteuse de rapproche de la capacité d’un escargot à lire le journal sans baver dessus. Autrement dit, je suis une brêle en friteuse, je ne sais pas l’utiliser, l’huile qui boue me provoque des montées d’angoisses, l’odeur me file la nausée, j’ai toujours peur que tout explose (j’ai entendu plein d’histoire d’incendies démarrés par des friteuses), et en prime je ne mange jamais de frites (les acides gras trans et touça).

J’étais donc en train de vaguement regarder ladite friteuse quand je vois du liquide couler sur le coté, genre un léger débordement d’huile bouillante supra liquide et très trans…

Evidemment je n’ai aucune idée du pourquoi, je ne sais même pas si c’est normal…

S’en suit une conversation interieure entre moi et moi qui s’est déroulé à peu près comme ça : 

– Tiens, bizarre ce liquide qui coule, c’est quoi de l’huile? de la vapeur?

– Faudrait pas que ça provoque un incendie, enfin bon la friteuse est dehors au pire ça brûlera juste le balcon

– Je ne vois pas ce que je peux faire, l’huile est bouillante, ça gicle un peu, je peux me brûler au 14ème degré et je tiens à ma peau (sans jeu de mot foireux)

– A surveiller donc (facile, je suis assise en face de la fenêtre qui donne sur la friteuse)

(je sais, nous sommes plusieurs dans ma tête, mais c’est quand même moi le chef)

Soudain j’entends une voie de mâle qui vient du 1er étage et qui braie un vague “tu peux secouer les frites ma chérie d’amour qui a la bonté de s’occuper de cette tâche absolument détestable stoplé”?

Moi qui répond avec une voix de poissonière qui fait les marchés mélodieuse “OK” suivi d’un “je crois qu’il y a un petit problème, il y a de l’huile qui déborde sur le coté” (comme quoi, mon instinct avait quand même compris qu’il n’était pas normal que la friteuse perde ses acides gras trans).

Et là, Ô surprise, s’en ai suivi d’une allumage en bonne et due forme. A savoir que c’était quand même pas compliqué d’enlever le couvercle (comme si je m’étais douté à un seul moment qu’enlever le couvercle allait régler ce problème de débordement d’huile!), l’huile c’est super chiant à nettoyer (ça je suis bien d’accord, quoiqu’avec un peu de litière pour chat ce n’est pas si pire), que purée au lieu d’être sur mon téléphone je pouvais quand même aller m’occuper de ça (j’étais avec mon fils en train de faire un câlin, mais il faut savoir que le mâle en colère, même à un autre étage, croit savoir ce que tu es en train de faire), que c’est vraiment pas possible (sous entendu d’être aussi con? Ou débile? Ou quoi?).

Forcément j’ai répliqué un vague truc pour clamer mon innocence incompétence assumée mais j’ai bien vu que pour lui, c’était juste IN-CON-CE-VA-BLE de ne pas savoir faire marcher une friteuse.

Bref, une incompréhension somme toute super classique.

Parce que l’évidence de l’un, à savoir ici faire fonctionner une friteuse sans mettre le feu et sans faire déborder l’huile, n’est pas du tout celle de l’autre. Que ce n’est pas de la mauvaise volonté, vraiment pas, c’est juste qu’à ce moment là précisément, on n’est pas sur la même planète…

Alors certes, les hommes viennent de mars et les femmes de vénus, en prime je suis “cerveau droit” (autant dire qu’il n’y a pas que la cuisson des frites qui me posent problème) et mon homme “cerveau gauche” (plus facile dans cette société), il y a peut être le cablage ou je ne sais quoi, mais c’est impressionnant le nombre de fois ou l’incompréhension est absolue.

Dans l’autre sens aussi, bien sûr, quand il a lavé tout le sol avec du liquide vaisselle pur mis à même la serpillère, c’était à peu près la même situation inversée. Il s’était dit que ce serait propre et dégraissé, et moi je ne comprenais pas comment il avait pu penser que le sol serait propre après ça (il a fallu que je rince 4 fois à l’eau). Nan mais ce n’est pas E-VI-DENT qu’on ne lave pas le sol avec du liquide vaisselle pur?

Sauf que moi, dans ma bonté absolue, mon empathie et ma tolérance extrême, je ne lui passe pas un savon quand il lave le sol au liquide vaisselle (en même temps, il serait capable de laver le sol avec ledit savon).

Et puis, cette histoire de friteuse, ça m’a aussi renvoyé à la petite moi, celle qui se faisait engueuler car elle n’avait pas compris ce qu’on attendait d’elle.

En même temps, quand dans un énoncé tu as : une famille habite dans un appartement de service au sein d’une gendarmerie, au centre d’un petit village pittoresque du sud de la France, dans le département du Vaucluse… et que là question est “où habite la famille”, vous ne vous en posez pas vous, des questions?

Ou quand tu as sur une liste de courses avec “courgette = 1” c’est 1 courgette ou un kilo de courgette? Et quand on t’envoie chercher le “papier d’alu, dans le placard en bas à droite” et que la seule boîte de papier alu est en haut à gauche, il faut la ramener ou pas la boite? Quelle est l’information capitale, le papier d’alu ou l’endroit où il se situe? Parce que si ça se trouve celui en haut à gauche, il est pour quelqu’un d’autre? Ou ce n’est pas la bonne marque?

Bref, je m’égare… j’avais juste envie de raconter ce truc un peu futile qui m’a quand même pourrit un peu ma soirée. Parce qu’il y a de l’huile de partout, que je me suis pris une brasse, que je voulais vraiment bien faire,

Donc, histoire de me répéter encore un coup, les évidences des uns ne sont pas les évidences des autres… et qu’il faut VRAIMENT le garder en tête, notamment au sein du couple, quand la cocotte est pleine et que le vase déborde en fin de journée :)

Sur ce, je m’en vais jeter la friteuse.

Share

4 réflexions sur “Quand la friteuse déborde…

  1. Lolita dit :

    C’est fou comme tu as le chic de tomber totalement à propos avec mon humeur du moment… et mes larmes qui coulent comme ton huile de friteuse…
    Ici, pour que l’homme comprenne que je suis fatiguée, mais vraiment hein, ben faut que ça déborde, que je sois au fond du fond du trou du manque de repos… Lui dire « je suis fatiguée » n’est pas assez ÉVIDENT pour môssieur !!!! Il lui faut des preuves liquides salées pour en être sûr !
    Et lui comble, selon mon point de vue, c’est qu’il me reproche de péter les plombs !!!!!
    Sauf que la maison,c’est le seul endroit où j’ai le droit,socialement parlant, de baisser ma garde et de relâcher la pression….. Mais non ! Faudrait être parfaite , et surtout parfaitement calme et maîtrisée en toute circonstance… Ben moi pas possible !!!!! Je ne suis qu’humaine !
    Sur ce, je m’en vais me coucher, et tenter de trouver un petit moment dans ma journée de RTT de demain pour me reposer….
    Merci Sandra !!!!!! :-)

    • Sandra dit :

      Hiloo miss,
      Dur dur, de ne pas pouvoir baisser la garde et d’avoir un mâle dont les injonctions sont encore plus élevés que celles socialement acceptables… sans parler de celles qu’on s’impose qui sont généralement trèèès élevées aussi!
      Je compatis totalement! J’ai encore pensé à toi ce matin, car ça fait 2 jours que je me prends des petits pics, voir des soupirs, des sourcils qui se lèvent avec des yeux au ciel (et oui, le non verbal c’est assez fun aussi) avec cette douloureuse impression de n’être jamais à la hauteur et de ne pas avoir le droit d’être imparfaite… Du coup, j’ai dit « fuck, faut pas pousser mémé dans les bégonias monptitgars, va ptêt falloir se calmer un chouia avec tes exigencesàlacon »…

      Je crois que quand on assume et accepte cette non imperfection, la vie est plus légère, mais il faut un peu de temps pour mettre les autres au diapason…

      Des calins à toi <3

  2. MaM dit :

    ha pauvre Sandra !
    moi, j’en ai déjà vu brûler une… mais dans c’est cas là tu mets le couvercle que tu as enlevé (en coupant le gaz 😉 )
    quand tu passes à la maison, les pomme de terre sauté c’est aussi trop gras pour toi (pas de friteuse … pas de frite, t’en as de la chance 😉 )
    aujourd’hui oral d’un concours … et c’est là où tu te dis que l’écris c’était pas si mal … quand tu sais pas, tu t’en veux, mais tu sautes la question … à l’oral, quand tu sais pas … ils insistent …. et là, tu te dis « ils ont parlé de maximum de 30 min de question … il en reste combien? » et ton autre toi (oui je connais 😉 ) .. il te répond « trop » ….

    bizz et @bientot j’espere

    • Sandra dit :

      AIe aie aie, tu as aussi plein d’humains dans ta tête! C’est pas toujours facile, surtout que les concours ça a également son lot d’exigencesàlacon!
      Je croise les doigts pour toi :)
      Et comme tu dis, l’écris c’est bien plus facile que l’oral… il n’y a déjà pas tout le langage non verbal qu’on ne maîtrise pas toujours (tiens, ça fait 3 fois que j’en parle aujourd’hui, va ptêt falloir que je fasse un article sur le sujet), et en plus dans un contexte « d’évaluation »… avec la peur de se planter, le fait de ne pas « oser » « au cas où » on se plante… enfin tu vois quoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *