Au secours je suis devenue monotâche!

multitâches

Plusieurs mois que je n’ai pas écrit ni publié quoique ce soit. Bien entendu j’ai déjà expliqué la piste du manque de temps et de mes soucis d’organisations assez récurrents.

Mais ce n’est honnêtement pas la seule raison.

Vous savez, on dit tout le temps que les hommes sont « monotâches » et nous, les superwomens, sommes « multitâches » (en langage scientifique on dit polychrones, apparemment c’est lié à des particularités au sein du cerveau).

Développons là ces notions importantes :

Homme monotâche : n.m. Personne de sexe masculin étant capable de réaliser une activité à la fois. Autrement dit un homme ne peut pas pisser et téléphoner en même temps, ou alors il ne se souvient plus de ce qu’il disait (ahhhhh, j’aime ces propos ultras féministes 😀 ) .

Femme multitâches : n.f. Personne de sexe féminin ayant la faculté paranormale de réaliser moultes activités en même temps.  Par exemple, un être doté de cette capacité peut simultanément téléphoner,  habiller son enfant (son chien, sa grand-mère…), faire cuire le repas, nourrir les chats, vérifier ses emails et y répondre…

femme multitâches = superwoman = pieuvre 

octopus

Evidemment, en lisant ceci vous ne doutez pas une seule seconde que je faisais partie de ces pieuvres femmes qui arrivent à faire 12 300 choses en même temps avec en prime la capacité de choper les ragots au vol (« tu as vu chéri, la voisine elle a un panari à l’orteil ? J’ai entendu ça pendant que j’étendais le linge, tout en téléphonant à ta mère pour le repas de Noël et en jouant aux légos à l’aide de mon pied droit »)

MAIS CA, C’ETAIT AVANT.

Tout a changé.

Avant, je faisais mon travail tout en traînant sur internet et en écrivant des articles un peu stupides. Maintenant, je vais au travail. Point. Quand j’arrive là-bas, mon cerveau de mollusque me permet uniquement d’allumer l’ordinateur. Et après je suis déjà trop fatiguée.

Avant, en rentrant, j’allais chercher lardon, je préparais le repas, faisait le ménage, le linge, le bain (repas, ménage, linge et bain en même temps), puis dodo pour lui, puis transformation en femme parfaite et mise en place du big smiley avec la bonne mine pour chéri qui rentre du travail quand tout est fait (c’est cool d’être un gars quand même). Maintenant, quand j’arrive à la maison et que je n’ai pas oublié de passer récupérer le lardon à la crèche, je suis contente. Le reste, c’est secondaire.

Avant, je me levais et je chantais sous la douche (enfin, dans ma tête quoi), j’étais au taquet pour tout préparer dans les temps, déposer le lardon (encore le même) à 8h tapante… Là, je me réveille et j’ouvre les yeux. Défois, je me lève. Dans le meilleur des cas, j’arrive à 9h à la crèche. Dans le pire des cas, je n’y vais même pas (et pas au travail non plus d’ailleurs).

MAIS QUE S’EST IL PASSE ?

Ben oui, pourquoi, soudainement, je suis passée de Sexy Pieuvre Super Mum (SPSM) à Mollusque Invertébré (MI) ?

Qu’a t’il bien pu se passer qui occasionne ce brusque changement dans ma vie, dans mon efficacité, dans ma capacité à être superwoman ?

Vous avez une idée, vous ? chers amis, chers lecteurs, chers internautes de passage ?

Allez, je vous laisse y réfléchir quelques jours ? me donner vos idées, vos avis, vos moyens pour s’en sortir ? me raconter vos expériences, si à vous aussi c’est arrivé ? si mesdames, vous avez eu un jour l’impression d’avoir déposé votre cerveau quelque part mais de ne plus savoir où ? ou si, messieurs, de monotâche vous avez viré multitâches (en volant le cerveau de votre femme, peut être ?).

Bref, je compte sur vous !

Et bien sûr, en attendant, courage pour les fêtes

Share

3 réflexions sur “Au secours je suis devenue monotâche!

  1. Alice dit :

    J’ai bien une idée moi, qui m’est venue tout de suite…. Je dirai la nidification 😉 (si tu vois ce que je veux dire).
    Autrement, je crois que c’est agréable de devenir « monotâche » si on l’accepte sans regret. Je crois avoir déjà bien baissé dans mes aptitudes « pieuvresques » et je ne m’en porte pas plus mal à ce jour, au contraire. J’en dégage certains avantages comme: être pleinement dans l’instant présent à ce que je fais – être moins dérangée par les interférences familiales pendant mes occupations – Laisser la place et le TEMPS à l’homme (quand il est là bien sûr) de prendre des choses en main.
    Après je te dirai simplement la Fa-Ti-Gue ma biche, le repos dont tu as besoin qui te fait signe.

    • Sandra dit :

      Bien vu ma jolie fleur :)
      Apprendre à devenir monotâche, tout un programme… et une habitude à mettre en place qui bouscule bien d’autres habitudes :)
      J’avoue que j’aime bien le coté « cool », un peu de lâcher prise car de toutes façons ça ne sert à rien de se fustiger quand on ne peut pas faire mieux, être dans l’instant à faire vraiment sur une seule occupation (surtout avec lardon)… Mais, à coté, l’impression que je ne réussirais pas à abattre tout ce que j’ai à faire dans ma journée… Le linge s’empile, le bordel aussi, la saleté aussi, les listes de choses à faire ne sont jamais bouclés et je me dis « ouaaaaaah, mais que vais je deveniiiiiir »!
      Ceci étant, bienveillance envers soi même et RE-POS 😀 Tu as bien raison.
      Comme quoi, on a toujours des choses à apprendre et mieux encore, des petits évènements qui remettent en cause un fonctionnement rodé mais qui gâche d’autres choses :)

  2. TA dit :

    Hey bloggeuse,

    Dis, ça fait plez de te retrouver, chouette cadeau de fin d’année que tu nous fais là 😉

    Merci pour ton nouvel article : mystérieux, touchant, rigolo !

    J’ai bien aimé l’image d’une super mum à l’écoute des ragots, en conversation tel, en train d’étendre le linge sur un pied et de l’autre de construire le château légo (tu dois avoir des zorteils hyper souples !) et l’image des « Zoms tellement monotâche, que tu es en train de rejoindre inexorablement » mdr.

    Bon pour prendre la défense de mes congénères (faut bien se dévouer !) je dirai que nous les Zoms en général, nous sommes très attachés à bien faire les choses et du coup nous préférons nous concentrer sur une seule tâche ou un objectif à atteindre afin de le faire correctement plutôt que de nous disperser partout comme vous et au final de ne réaliser les choses que partiellement ou voir pas du tout (ahhhhhh j’adore ces propos ultras masculins mdr ;)). Je trépigne de ta réponse que je connais déjà lol mais nous allons y revenir…

    Donc si je comprends bien ta perception de notre espèce, on peut résumer (globalement hein) :

    Homme : Concombre de mer (je ne mets pas d’image tellement c’est pas sexy), mou du schnouf, spectateur et non acteur car incapable de profiter des multiples opportunités de son environnement (ouh !)
    PS : sur ce point, si nous ne pissons pas en même tant que nous téléphonons (ou l’inverse plutôt d’ailleurs) c’est pour ne pas avoir à gérer une 3e tâche subsidiaire : celle de devoir repêcher le mobile au fond des chiottes si tu vois ce que je veux dire lol, bon passons sur ce point totalement futile 😉

    Femme : Pieuvre sexy, rapide de corps et d’esprit utilisant ses nombreux atouts pour démultiplier ses actions, ses capacités afin de bénéficier de toutes les opportunités de son environnement (woua !)

    A propos, excellent choix judicieux que celui de la pieuvre… animal très intelligent, capable d’apprendre par l’observation, de décorer son milieu, de s’adapter rapidement aux évolutions de son environnement et doté de 3 cœurs (hypersensibilité !), 9 cerveaux s’il vous plaît (utile pour coordonner les différentes tâches) et 8 bras (pas mal pour exécuter les ordres des 9 cerveaux non ?) … ça aide effectivement à être multitâches !!! Au passage, arrêtons donc de pêcher des poulpes/pieuvres !!
    Car de mon côté, pour gagner du temps le matin et pouvoir me lever plus tard, j’ai bien déjà essayé de pisser au téléphone tout en me brossant les dents et me rasant, mais hum ça coince quelque part, j’ai échoué j’avoue, pas facile du tout !

    Tu parles du cerveau, super car ça permet de faire un lien sur 2 idées reçues basées sur cet organe merveilleux dont nous avons encore tout à apprendre :
    – La 1ere qui dit que nous n’utilisons que 10% à 20% de ses capacités (bon ok quand on voit le fonctionnement de certains humanoïdes on peut être très tenté d’y croire lol).
    – La 2e qui constitue le cadre de ton article et qui dit que : Zoms = concombres de mer ; Femmes = pieuvres sexy (officiellement : monotâche / multitâches).

    1) Idée très répandue grâce à une figure de la science et aux nombreuses fictions qui ont entretenu cette idée. Or les neurologues ont depuis montré que même si l’intelligence peut se développer par l’entraînement pour exploiter un maximum de potentiel, l’hypothèse qu’il existe de grandes parties du ciboulot non utilisées ne tient pas pour plein de raisons (les lésions ont toujours des conséquences, l’évolution n’aurait jamais abouti à une pareille énormité, les imageries cérébrales démontrent une activité complète et étendue, ect).
    Mais ok, c’est sûr que c’est beaucoup plus fun de croire que nous avons un potentiel inexploité ENORME dans notre petite caboche, donc continuons à le croire! 😉

    2) Idée très répandue vieille de 30 ans basée sur le fait que le corps calleux qui relie les hémisphères est plus épais chez les femmes que chez les Zoms. Or depuis, les neuro-imageries ont montré qu’il n’y avait pas de différence homme/femme sur la capacité de traitement (je parle de capacité et pas de volonté, petite différence pas futile mdr), que nous (nous = humanoïdes ici hein) ne sommes en fait capables de traiter correctement que 2 tâches simultanément et pas plus car à partir de 3 on commence à faire pleins de boulettes, ou on oublie une des tâches. Nos 2 lobes frontaux nous permettent de gérer 2 tâches presque simultanément grâce à une zone de mémoire tampon entre les 2 qui permet de « mettre de côté » une des 2 tâches pendant quelques millisecondes. Après tout dépend de la définition de la tâche…
    Car il est assez facile de faire du vélo d’appartement tout en écoutant de la musique, passant un coup de fil futile, la TV allumée sur une émission bidon et en surveillant (du regard) un enfant en train de jouer (wouah 5 trucs en même temps !) mais ce ne sont pas vraiment des tâches. C’est beaucoup plus difficile de faire un sudoku en faisant sa gym, en essayant de suivre « Usual Suspect » à la TV tout en passant un coup de fil sérieux…
    Femme ou Homme, nous serions en grande majorité « bi-tâches » dans le contrôle de nos actions. Par contre, et là on en revient à ce que je disais au tout début, une différence entre les sexes vient plus du traitement émotionnel des objectifs : quand vous les femmes avez plusieurs choses en tête, nous les Zoms privilégions probablement un objectif au détriment des autres…(bien ou pas bien j’en sais rien mais différents et complémentaires, c’est sûr et c’est cool!).

    En fait, notre capacité à traiter différentes tâches en même temps est sûrement dépendante de notre état physique (fatigué, en forme) et psychologique (motivé, heureux, préoccupé, stressé, libéré ect).

    Si ta monotâche actuelle est celle d’être une super mum ou une super mum 2, c’est déjà énorme et ça constitue bien une « supermultitâches » en soi (c’est comme certains gels douche : c’est du « 3 en 1 » au moins) !!!

    Sur ce je vais aller téléph… euh pisser !! Car même si j’ai dû voler le cerveau de ma nana, je reste prudent (parfois) mdr 😉

    Bye SPSM (…ou MI ?) 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *